La success story VALENTIN

 

PlanET a conçu l’unité de méthanisation compacte PlanET VALENTIN pour les exploitations agricoles d’élevage disposant de grandes quantités de lisier.

"Avec le VALENTIN, nous avons conçu une installation de biogaz pouvant être installée rapidement sur site car elle est préfabriquée dans nos ateliers. Le VALENTIN répond à de hauts standards de fabrication et présente un haut niveau technique permettant à l’exploitant de produire du biogaz de manière rentable et économique", explique Jürgen Adamik, directeur financier chez PlanET. VALENTIN a bénéficié de l’expérience acquise par PlanET en 20 ans de métier dans la construction de plus de 450 installations de biogaz. Le VALENTIN offre de multiples sources de revenus sûrs, prévisibles et à long-terme, comme les revenus issus de la vente d’électricité et de chaleur ou de certificats de CO2.

Simplicité et rapidité dans la mise en œuvre grâce à sa conception modulaire

Comme tous éléments sont préfabriqués dans nos ateliers principaux, testés et qu’une mise en service à froid est effectuée, il n’est plus nécessaire de percer ou d’effectuer des câblages et raccordements électriques. En raison de sa conception modulaire, tous les éléments sont simplement assemblés et fixés sur le site. "C'est un avantage du VALENTIN", explique l'exploitant, Philippe Deru.

Normalement, l'installation de biogaz sera montée en 2 semaines et au bout de trois à quatre semaines maximum, on pourra produire du biogaz." C'est une différence décisive par rapport à une installation de biogaz classique", explique Jürgen Adamik.

Utilisation exclusive de matériaux résistants à la corrosion

La construction du fermenteur est une particularité de VALENTIN : nous utilisons de l’acier inoxydable au lieu du béton. Le matériau résistant à la corrosion en fait le « partenaire » fiable de votre exploitation. Même avec une quantité relativement faible de 17 m3 de lisier entrant dans le digesteur, l’exploitation de Philippe Deru est désormais en autosuffisance complète

"Nous avons fait le choix d’une micro-méthanisation avec un 50 kW tout simplement parce qu’on est sur une gestion d’effluents et uniquement de lisier par souci de valoriser ce qu’on produit sur l’exploitation et non pas d’aller chercher des cultures dérobées ou des cultures pour mettre dans le méthaniseur », explique-t-il.

Un travail limité à quelques minutes par jour

Le travail quotidien consacré au VALENTIN est minimal. "Grâce à l’utilisation poussée d’une technologie de contrôle et de pompes automatiques, l’exploitant devra consacrer entre 15 et 30 minutes par jour au fonctionnement de l’installation", explique Jürgen Adamik.

L’exploitant , Philippe Deru, est d'accord avec lui sur cette estimation. Enfin, il ajoute: "A mon avis, le VALENTIN doit s’inscrire en appui d’une production laitière à partir du moment où on valorise un déchet. Le système est très simple et très rapide d’exécution."

fr_FR
de_DE en_US pt_BR ja fr_FR